Antoinette Fouque – Site Hommage

Antoinette Fouque – Site Hommage

Au début de la décennie 80, Antoinette Fouque (site : Antoinettefouque-hommage) s'installe aux USA et s'éloigne du Mouvement de libération des femmes. Le mouvement est alors en proie à des luttes internes et perd de l’influence. Cette militante s’est battue toute son existence pour faire avancer le droit des femmes. Pour empêcher toute récupération, la marque MLF a été déposée. A la fin de la décennie 70, Antoinette Fouque et d'autres militantes font le choix d'enregistrer le Mouvement de libération des femmes sous la forme d’une association loi 1901.

Antoinette Fouque suit les formations de Jacques Lacan à la fin des années 60. C’est elle qui a lancé le groupe Psychanalyse et Politique, à l’origine du Mouvement de libération des femmes. Roland Barthes est son directeur de thèse. La jeune femme décroche un Diplôme d'études approfondies. Elle fréquente l’écrivaine Monique Wittig pendant cette période. Parallèlement à sa mission d'enseignement, Antoinette Fouque se fait critique littéraire pour 2 sociétés d’édition et écrit des notes de lecture pour une troisième.

Antoinette Fouque est née à Marseille. La jeune femme suit en premier lieu ses études supérieures en région PACA puis s'installe à Paris. Elle est encore étudiante lorsqu'elle rencontre son mari, René Fouque. Antoinette Fouque a de qui tenir dès lors que son père était un syndicaliste.

Antoinette Fouque, l'éditrice

Les Editions des femmes permettent à Antoinette Fouque de défendre la force littéraire des femmes. Lieux de débats où les livres et journaux demeurent à la disposition de tous ceux qui entrent, les librairies montées par Antoinette Fouque restent ouvertes jusqu'à minuit. L'éditrice inaugure une première librairie à Saint-Germain-des-Prés et y présente les ouvrages dont les auteurs sont des femmes.

Antoinette Fouque se présente sur la liste des radicaux de gauche pour les élections européennes. Elle est députée européenne de 1994 à 1999. A Strasbourg, elle a assuré la vice-présidence de la commission des droits de la femme. Antoinette Fouque met en place l’Alliance des Femmes pour la Démocratie au moment des 200 ans de la révolution française.

Antoinette Fouque, théoricienne et écrivaine

Antoinette Fouque n'est pas en accord avec l'existentialisme défendu par Simone de Beauvoir. La lutte d’Antoinette Fouque n'a rien à voir avec un militantisme excessif, elle soutient son attachement à la maternité. En 2013, elle dirige l'écriture du livre "Le dictionnaire universelle des créatrices", lequel rend hommage aux femmes qui ont fait avancé le monde depuis 40 siècles.